Ouvrir une épicerie fine est-ce rentable ?


Ouvrir une épicerie fine est-ce rentable ?

La création d’une entreprise commerciale telle qu’une épicerie fine n’est pas une tâche facile pour un entrepreneur. Cela requiert une bonne connaissance du marché et de démarches de commercialisation pour que l’entreprise soit rentable et cela depuis son démarrage. Dans le secteur commercial, les épiceries fines sont maintenant nombreuses et se sont assiégées partout, surtout dans les grandes villes de France. Ouvrir une épicerie fine est-il donc rentable ? 

Description du circuit

Ouvrir une épicerie fine

Tout d’abord “ouvrir une épicerie “ veut dire quoi? 

Comme dans tous les secteurs commerciaux, une étude préalable du marché est indispensable. Les clients cibles, le terrain à aménager, par exemple en ville. Avant de monter un projet, un bon entrepreneur doit assurer un bon business plan. La création d’une entreprise pour avoir une bonne rentabilité dépend  de la prise en considération des circonstances. 

L’épicerie fine est un commerce qui propose de nombreux produits gastronomiques indispensables et de haute qualité.  Ces produits sont la plupart des matières de premier choix que l’on trouve rarement et sont conçues par des professionnels. 

En fait, les épiceries fines sont les représentants des meilleurs produits du terroir ou spécialités étrangères. Leurs circuits  sont variés et leurs catégories sont nombreuses. On y trouve une large sélection de produits d’exception. Celle-ci comprend des petites restaurations (foie gras, poisson fumé, caviar, grands crus de thé, grands crus de café, les chocolats élaborés par des artisans chocolatiers reconnus), des cours de cuisine (les condiments, huiles, épices et vinaigres, les confitures, miel et pâtes à tartiner, les biscuits, gâteaux, desserts), des confiseries haut de gamme (éclairs, macarons, etc…) et des boissons originales (vins, alcools). Ces épiceries regroupent deux grandes catégories :

  • Les épiceries fines indépendantes : Celles-ci forment un réseau de commerces indépendants. La plupart sont implantés dans des grandes villes.
  • Les chaînes d’épiceries fines qui disposent des services achats/marketing organisés.

Dans ce secteur d’activité, les produits sont précieux et plus onéreux. On y trouve une grande réussite d’un mariage entre le  luxe et la gastronomie. Du coup, avant d’ouvrir une entreprise d’épicerie fine, il est essentiel d’élaborer un business plan et de préparer au mieux votre investissement de départ.

Les points importants pour le business plan

 clients épicerie fine

Une étude du marché

une étude de marché permet de vérifier les opportunités commerciales existantes. Cette étude vous permet d’identifier les clients cibles, les tendances du marché, les concurrents,  les collaborations possibles: partenaires, fournisseurs.

La clientèle 

Il faut connaître les profils types des clients. Ouvrir une boutique dans laquelle les clients peuvent y trouver ce qu’ils recherchent garantira leur satisfaction et à la fois leur fidélisation. Comprenez et identifiez leurs attentes et ceux qu’ils privilégient. Eh oui, cela permet réellement de fidéliser les clients. D’ailleurs, il ne faut pas oublier que dans ce secteur, la clientèle est principalement des habitants de proximité, au moins de 500 mètres. Alors il faut adopter des techniques de fidélisation. Nouer des contacts avec certaines entreprises peut être aussi avantageux. Vous pouvez leur proposer la distribution de vos produits.  

Par exemple: proposer aux clients des produits de qualité comme le vin, et pour certains clients très exigeants choisir des produits bio.

Les concurrents 

Grandes surfaces, magasin alimentaire spécialisé, hard discount, le petit commerce alimentaire indépendant et les marchés sont assiégés de toutes parts. Une autre forme de concurrence : les épiceries en ligne. Il faut faire une analyse de leurs atouts et de leurs faiblesses. Ainsi on a la possibilité d’opérer des stratégies concurrentielles efficaces par rapport à leur offre. Cela peut s’agir des horaires d’ouverture, des prix, d’un système de vente en ligne.

Les tendances du marché

Il y aura toujours une évolution sur les modes de consommation. Il faut donc identifier ces nouvelles habitudes afin de les inclure dans le plan de création d’entreprise. Ces dernières tendances sont essentielles pour mieux intégrer les produits privilégiés de la clientèle dans les rayons de l’épicerie.

Les clés de la réussite

 clés de la réussite

Pour s’initier dans la création d’une épicerie fine, et avoir l’effet commerce désiré, il faut disposer de diverses compétences :

Avant de créer une société, il faut mettre au point le budget ainsi que le local, le statut juridique. Tout cela vous permettra de déterminer le concept idéal pour votre entreprise.

  • Disposez d’un apport et investissement suffisant pour tirer plus de bénéfices.
  • Choisissez une enseigne pertinente de votre société. C’est le nom de votre magasin et son statut juridique
  • Choisissez une implantation favorable : votre enseigne doit être accessible au public.
  • Assurer la “relation client” : Ceci consiste à établir un climat de confiance et des relations commerciales durables avec les futurs consommateurs. Pour que votre enseigne soit lancé, le choix de votre produit renforcera votre réputation plus tard. Etre à l’écoute de la clientèle et prendre en compte sa demande restent indispensables. Apportez une réponse aux attentes et objections des clients afin de conclure l’échange de vente.
  • Gérer de nombreuses références : Il faut être capable de connaître la répartition par type de produits et par chiffre d’affaires. Évaluez les marges et les rotations par produit. 
  • Être disponible : Toujours disposé à apporter une réponse à la demande du marché
  • Avoir le sens de l’accueil : C’est-à-dire qu’il faut privilégier l’accueil avec sourire et anticiper les besoins de chaque client.
  • Bonne connaissance des produits : Les consommateurs sont de plus en plus en recherche de produits sains, beaux et bons, respectueux des producteurs et de la Terre dont on peut raconter l’origine, la fabrication et l’histoire.
  • Etre organisé et savoir gérer son temps, son stock, son personnel et sa trésorerie.
  • Etre rigoureux sur l’hygiène : les défaillances dans les mesures d’hygiène risquent de donner des mauvaises images.
  • Elargissez votre réseau de distribution : des succursales ou des systèmes de vente en ligne.
  • Etre ouverte avec toutes les collaborations possibles comme “la franchise”

Une autre option pour la réussite la “franchise”

epicerie-franchise

Pour garantir une excellente rentabilité dans ce secteur, suivre bêtement ces points et ces consignes ne suffirait pas.  Concrètement, la rentabilité  est le premier point auquel l’entrepreneur   valide   son concept. Cela signifie la réussite de son business plan. 

Employer  la franchise peut également conduire vers une meilleure rentabilité.  La franchise est un système utilisé comme modèle de développement en réseau avec un contrat spécifique. On constate l’efficacité du concept d’une autre entreprise qui est rentable, originale. Et devenir son franchisé permettra d’exploiter son concept. Cela lancera votre épicerie plus rapidement et en apportant votre touche personnelle (comme le choix du vin, les produits bio, etc.) et faciliter la distribution de ces derniers auprès des consommateurs.

Satisfaire  la demande des  clients  est le but essentiel de votre épicerie, avec la franchise, la route va plus vite.  La franchise présente nombreux avantages. Dans l’avenir l’épicerie fine pourra présente un marché porteur.

Les exemples dont les enseignes de société dans les franchises, selon la Fédération Française de la Franchise l’attestent :

 Premier exemple: la Comtesse du Barry qui est  le premier réseau d’épicerie fine haut de gamme de France, la franchise Comtesse du Barry capitalise sur sa notoriété d’enseigne pour séduire ses clients et recruter des candidats…

Un deuxième exemple:  Léonidas, il est  le numéro un du chocolat dans le monde, sa position est sur l’offre haut de gamme. 

Un dernier exemple:  l’enseigne  de Neuville, qui est le  Numéro 1 du chocolat avec un total de 34 M € de chiffre d’affaires réseaux, elle possède  97 collaborateurs et dispose de 150 boutiques, dont 90 % sont gérées par des franchisés.

Elle a élaboré deux concepts :

  • “vivons gourmands”, cela consiste à favoriser la convivialité en ville ou en centre commercial, des boutiques de 50 à 70 m2, implantés en centre-ville et centre commercial
  • “marché au chocolat”, des boutiques de 130 à 200 m2

Les chiffres  attestent la réussite de ces concepts comme le concept« VIVONS GOURMANDS » avec un apport personnel de 60 000 euros minimum et le concept « MARCHE AU CHOCOLAT » en présente 90 000 euros minimum.

L’estimation du marché de l’épicerie fine est entre 7 et 9 milliards d’euros et  cela  affiche de belles perspectives pour l’avenir selon Xerfi.

Conclusion

En résumé, si vous êtes décidé à ouvrir une épicerie fine, estimez d’abord  les dépenses pour votre rentabilité. Pour cibler un bon nombre d’acheteurs, il vaut mieux situer votre boutique dans une ville, où les épiceries fines sont nombreuses. Donc la concurrence est rude. Toutefois, si tous les atouts vous permettent, la franchise est un concept idéal pour rendre votre enseigne spécifique par rapport aux autres. La création d’une entreprise dépend du concept choisi par l’entrepreneur, ouvrir une épicerie fine est rentable et c’est surtout  un marché porteur et que la franchise permet de tenir  une haute  qualité de vente.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *